Aumônerie Musulmane Des Prisons.

Sur ce Forum nous vous mettrons au courant des différentes actions menées par notre association et des avancées de celle-ci. Vous pourrez nous conseiller, nous sommes ouverts à toutes suggestions. Nous répondrons aussi à vos questions incha'Allah.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

EDUCATION: LE BATÔN...LE RETOUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 EDUCATION: LE BATÔN...LE RETOUR le Jeu 27 Aoû - 19:06

MOHAMMED


Mini Brindille
Mini Brindille
FACE A TOUS CEUX QUI PRONENT LE RETOUR DU BATON DANS L’EDUCATION, LA PSYCHANALYSTE CLAUDE HALMOS LANCE UN CRI D’ALARME. ET DONNE, DANS SON NOUVEAU LIVRE (1) DES REPERES AUX PARENTS POUR NEGOCIER LES CAPS DIFFICILES. NON AU PASSAGE EN FORCE, OUI A LA FERMETE ET AU DIALOGUE.
(1/3)
QUESTION : Dans votre nouveau livre, vous vous opposez de manière virulente aux théories du pédiatre Aldo Naouri ou du psychologue Didier Pleux, qui prônent une autorité parentale inflexible. Pourquoi cette colère ?
Claude Halmos. Parce que je sens que les adeptes du « retour du bâton » gagnent du terrain. Nous assistons à un retour non de l’autorité, mais de l’autoritarisme, aussi bien dans la famille qu’à l’échelle de la société. Dans le passé, ces méthodes proches du dressage ont détruit des générations d’enfants. Aujourd’hui, en tant que clinicienne, je dis à ces spécialistes qu’ils se trompent. Pour moi, éduquer un enfant, ce n’est pas le frustrer, lui arracher sa tétine et lui donner des ordres abrupts. Or le meilleur moyen de résister à cette tentation répressive, c’est d’expliquer aux parents quelles sont les étapes charnières de la construction psychique de leur enfant. Et c’est pour cette raison que j’ai écrit ce livre. Pour faire avancer la cause des enfants, comme disait Françoise Dolto. Mais aussi celle des parents.
Mais aucun parent n’ignore qu’il ne suffit pas de parler pour être obéi…
Quand on est analyste, on reçoit souvent des pères et des mères qui disent, par exemple : « Mon fils de 4 ans écrit sur le mur. Je lui explique que c’est interdit, mais il ne m’écoute pas. Que dois-je faire ? » Je vois de nombreux parents désemparés, qui ont perdu la conscience de leur identité et de leur rôle. Sortons du conflit idéologique entre les adeptes du tout-permissif et ceux du tout-répressif.

À la question « Faut-il parler ou sévir ? », je réponds : « Il faut parler et sévir. » Par exemple, bannir la phrase « La prochaine fois, tu seras puni(e) ». Une fois que l’enfant sait que c’est interdit et qu’il transgresse, il doit être puni. Car le rapport à la loi n’est pas seulement cérébral. C’est aussi une éducation émotionnelle. On apprend la civilisation avec son corps. C’est pour cela que parler ne suffit pas : il faut dire « non » et faire « non ». Gardons en tête qu’un enfant est un être qui se construit. Il s’agit de poser des sens interdits qui ne le brisent pas, mais l’aident à se civiliser
(VOIR SUITE)

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum